Comme un pèlerin interpellé par l’horizon
J’écrirai ta romance et celle du roi des rois
D’un jardin asséché, de nos adieux ingrats
J’en tire une mémoire, un sourire, un regard
Dans le néant, je lance mes lettres, dans le vent
Comme elles, je vagabonde sans gîte, ni maison